Burberry Brights: Le test mitigé de Burberry sur YouTube

Annoncer ici

Ca y est, c’est l’été. Les températures montent à mesure que les jupes raccourcissent et un air de vacances s’installe à Paris dans les bureaux où ronronnent les climatiseurs. L’été c’est également le moment idéal pour sortir ses lunettes de soleil préférées ou alors pour faire l’acquisition d’une nouvelle paire. A cette occasion, Burberry avait annoncé il y a quelques semaines la sortie de la collection Burberry Brights, une série de lunettes aux couleurs acidulées. La particularité de ces lunettes de soleil était qu’elles pouvaient se plier en deux afin de rentrer dans un étui à encombrement réduit. L’idéal pour votre sac de plage. C’est l’été, c’est frais, on aime.

 

 

 

Pour en faire la promotion, Burberry vient de lancer une opération de personnalisation de page YouTube qui ne passera probablement pas inaperçue. Alors qu’on pense se connecter à la page YouTube de Burberry pour y découvrir les vidéos de la marque, la vidéo centrale s’agrandit soudainement et efface tout le reste de la page. On peut alors découvrir une paire de lunettes de soleil de couleur vive avec une ligne de couleurs en dessous. Lorsqu’on clique sur l’une des couleurs, une jolie animation de transition transforme la paire de lunettes en une autre couleur. Les animation sont assez réussies et on peut voir la paire de lunettes fondre ou encore sautiller dans tous les sens.

 

 

 

 

 

Toutefois, nous sommes assez mitigés à propos de cette campagne car d’un côté, si l’opération est assez originale et graphiquement très réussie il n’en demeure pas moins que de l’autre côté, on ne comprend pas vraiment le message qu’a voulu faire passer Burberry. En effet, à part les jolies animations de lunettes qui se transforment, il n’y a aucun message, aucun lien, aucune instruction, aucune fonctionnalité apparente. Burberry ne nous donne même pas le nom du modèle et encore moins de lien vers le site e-commerce de la marque afin de les acheter. Du coup, on reste un peu sur notre faim et on a du mal à comprendre l’utilité d’une telle performance.

Alors que d’autres marques profitent de l’été pour afficher le savoir-faire qui se cache derrière la fabrication de lunettes de soleil, on ne voit pas vraiment ce qu’a voulu mettre en avant Burberry. Selon nous il aurait été plus efficace d’intégrer cette animation, qui est somme-toute très réussie, dans un dispositif digital de plus grande ampleur. On pense tout naturellement à l’initiative de S.T.Dupont qui avait mis en avant ses briquets de couleur à travers une application Facebook permettant d’envoyer des messages d’amour secrets qui reprenaient les couleurs des briquets. On pense également à la sublime opération qu’avait réalisé Diesel en proposant une véritable expérience immersive exploitant au maximum la personnalisation de page Youtube.

Etrangement au moment où nous avons réalisé la capture vidéo de l’opération Burberry ci-dessous un menu est apparu offrant des liens vers le site ecommerce et un « store locator ». Toutefois, au moment où nous publions cet article le menu a disparu. L’opération est peut être encore en cours d’élaboration?

En bref, Burberry, vous nous avez habitué à mieux en terme d’opération digitale, et cette fois-ci … on reste quelque peu sur notre faim…

Pour découvrir l’opération en question, rendez-vous sur la page YouTube de Burberry

 

Merci à SoDandy pour l’info

Annoncer ici

Share This

About the author

David est co-fondateur de WebandLuxe, c'est un entrepreneur passionné de luxe et de digital. Il est CEO et co-fondateur de Dymant un club privé qui édite et vend les créations exclusives d'artisans d'exception et qui a annoncé une levée de fonds d'1 million d'euros auprès de Partech International et IDinvest Partners. David a en outre travaillé 2 ans pour un fonds de capital risque et siège au board de l'association des anciens HEC dans le luxe. David est diplômé d'HEC ainsi que de l'École polytechnique. Il a également étudié l'entrepreneuriat au Babson College (Boston, USA). Il voue une passion inavouable pour le chocolat blanc et la chanson Bohemian Rhapsody de Queen.

View all articles by David

5 comments

  1. Florent

    Vous avez raison, c’est mignon, ça enrichit le discours de marque, mais commercialement, ce n’est pas hyper transformateur a priori. Mais choisir de ne pas mettre en avant la commercialisation, cela participe aussi de donner de la valeur au produit.
    C’est délicat de conclure à son efficacité per se… non ?

  2. Guillaume

    Je ne serais pas aussi négatif. On est quand même dans le luxe, donc l’image et la marque peuvent primer sur la performance pure du dispositif.
    Ici tout est centré sur le produit, ses déclinaisons et ses points forts, et le design est vraiment soigné. C’est très similaire à Apple dans la philosophie, mais ça va encore plus loin car on se passe d’argumentaire « technique ».
    Je me souviendrai de ces lunettes, donc je crois que l’objectif est atteint ;)

  3. DandyMaxim

    Si pour du « luxe » il est légitime de se poser la question de pousser ou non la « commercialisation » on note le bouton de partage Twitter bien mise en avant. On aurait aussi pu imaginer un bouton plus voyant pour s’inscrire à la chaîne YouTube.

  4. Corech

    Ca a beau être du luxe, mettre au moins le nom du produit et une description ou au moins un lien pour avoir des informations (sans même parler de ecommerce) ça n’aurait pas été du luxe!

    Pour ma part, je ne savais même pas que les lunettes s’appellaient « Burberry Brights » avant de lire l’article web and luxe !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>